Actus juillet-décembre 2020


 

Actus juillet-décembre 2020rubrique

 

 

30 décembre : QUESTIONS PARLEMENTAIRES

L’excellent site Paternet contiinue de
recenser les questions posées au gouvernement par les parlementaires, et
les réponses. Parmi les plus récentes, en voici d’intéressantes :

- sur la situation des hommes battus en France :

http://paternet.fr/2020/12/01/questions-sur-la-situation-des-hommes-battus-en-france-2/

- sur la hausse des féminicides (question bidon, voir 17 juillet) :

http://paternet.fr/2020/12/10/question-sur-la-hausse-des-feminicides-2/

- sur les violences conjugales en période de confinement (la question n’envisage que les femmes victimes, évidemment)

http://paternet.fr/2020/12/03/question-sur-les-violences-conjugales-en-periode-de-confinement-4/

 

 

15 décembre : LES VICTIMES DE L’INCESTE SONT DES DEUX SEXES

L’ONDRP publie sa note n°57, intitulée Les victimes de violences sexuelles à caractère incestueux (Fiona Frattini), et en estime le nombre à 1623 en 2018.

https://inhesj.fr/sites/default/files/publications/files/2020-12/note_57_victimes_violences_sexuelles_caractere_incestueux.pdf

Parmi d’autres considérations intéressantes, l’étude compare le nombre deRetour ligne manuel
victimes selon le sexe, ce qui donne, pour la période 2016-2018 : 77% de femmes (3337) pour 22% d’hommes (942),Retour ligne manuel
surtout des mineurs. Une fois encore, l’idéologie misandre est
démentie : les victimes sont des deux sexes et contrairement à ce qu’on
voudrait nous faire croire, les victimes masculines ne sont pas en nombre négligeable. Une idée que nous développons et démontrons depuis longtemps sur le site, et qui est largement développée dans Il y a DEUX SEXISMES (p.149-153)

De plus, le pourcentage d’hommes victimes est sûrement sous-estimé,
ceux-ci ayant honte de dévoiler la vérité du fait de leur appartenance
au sexe présumé "fort". Et aussi par peur de ne pas être crus, du fait
de la prégnance de l’idéologie de la victimation purement féminine .Retour ligne manuel
C’est le même phénomène que pour les hommes battus.

Un paragraphe manque à cette étude (juste une allusion dans l’intro) :
celui où l’on étudierait, toujours selon le sexe, les agresseurs(ses).Retour ligne manuel
Là aussi l’on aurait quelques surprises, car contrairement à la doxa, l’inceste maternel existe bel et bien (voir le livre de Marie Poiret). Plus subtilement encore, il aurait fallu parler de l’inceste affectif, typiquement féminin.

http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article70

C’est peut-être la dernière fois que nous évoquons l’ONDRP puisque
l’Etat, par mesure d’économie, a décidé de mettre fin à ses activités.
C’est dommage. Nous n’oublierons pas que cet organisme est le premier en France à avoir commencé, en 2005, un décompte sérieux des hommes victimes de violences conjugales, et l’a continué jusqu’en 2018. A cette époque, il chiffrait déjà leRetour ligne manuel
nombre d’hommes victimes à 120 000 ! Même si sa méthodologie en lui
faisait en sous-estimer l’importance, il faut reconnaître qu’il a fait
avancer cette cause de manière spectaculaire, à une époque où nous
étions (presque) les seuls à en parler. C’est même peut-être l’une des
raisons de sa dissolution. Bien sûr, nous gardons soigneusement en
ligneces précieux résultats.

http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article240

Cette disparition est un recul de la connaissance. L’enquête CVS (Cadre
de vie et sécurité) sera sans doute reprise par d’autres organismes,
mais on peut craindre que ceux-ci lui fassent perdre tout intérêt en la
diluant dans le politiquement correct.

 

 

12 décembre : NOUVELLE ABSURDITE AUTOUR DE LA "PARITE"

https://www.lepoint.fr/politique/trop-de-femmes-directrices-la-ville-de-paris-condamnee-a-90-000-euros-d-amende-11-12-2020-2405368_20.php

La Ville de Paris a été condamnée à 90 000 euros (!)
d’amende parce qu’elle n’a pas respecté la parité... au détriment des
hommes. En 2018, elle a embauché cinq hommes seulement (soit moins des
40% qu’exige la loi) aux postes de direction d’école (puisqu’il y en
avait seize). La loi censée assurer la promotion d’un sexe présumé
discriminé (les femmes) fait la démonstration de son inadéquation : à
notre époque, cette présumée discrimination n’existe plus.Retour ligne manuel
Encore une fois, c’est la compétence qui doit déterminer l’embauche, et
non le sexe. Il va sans dire que nous ne voyons aucun inconvénient à ce
qu’il y ait plus de femmes que d’hommes pour diriger les écoles, du
moment qu’elles sont compétentes pour cette tâche.

Nous avions déjà utilisé le recrutement des directions d’école comme exemple d’inadéquation des lois paritaires dans Il y a deux sexismes (p. 87-88) 

 

 

8 décembre : LE MINISTERE DE L’EGALITE FEMMES HOMMES FAIT DE TIMIDES CONCESSIONS

A force de militantisme, nos amis de Stop Hommes Battus avaient obtenu qu’une députée LREM, Corinne Vignon,Retour ligne manuel
pose à ce ministère une question écrite sur la non-reconnaissance desRetour ligne manuel
hommes battus, le 12-11-2019. La réponse a été publiée au JO... un anRetour ligne manuel
plus tard, le 1-12-2020. 

http://questions.assemblee-nationale.fr/q15/15-24380QE.htm

CetteRetour ligne manuel
réponse n’est pas d’une grande nouveauté, sauf qu’elle est longue,Retour ligne manuel
travaillée, et reconnaît au détour de certaines phrases l’existence desRetour ligne manuel
dits hommes battus. Par exemple : "Enfin, les hommes victimes deRetour ligne manuel
violences au sein du couple bénéficient comme toutes les victimesRetour ligne manuel
d’infractions pénales d’un soutien auprès des 130 associations d’aideRetour ligne manuel
aux victimes réparties sur le territoire national."

Evidemment cela est parfaitement hypocrite, puisqu’on sait bien que les
dites associations (comme le 3919) se présentent en fait comme
défenseures des femmes exclusivement et dissuadent ainsi les hommes de
faire appel à leurs services. La ministre ne peut d’ailleurs s’empêcher
dans sa conclusion de rappeler la doxa selon laqelle les femmes, dans
tous les domaines où les deux sexes sont impliqués, seraient plus
victimes de violences que les hommes (ce qui n’est pas le sujet). Mais
elle parle effectivement d’"hommes victimes de violences au sein du couple"  : il s’agit bien d’un début de reconnaissance, sachons l’apprécier à sa juste valeur.

 

 

1 novembre : UNE CINGLANTE REPONSE AUX MISANDRES

Nous reproduisons l’article remarquable de Thérèse Hargot : "Moi, les hommes, je les aime !" http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article443 Et très logiquemement nous le classons dans la rubrique Paroles de femmes (aimeuses des hommes) pour laquelle il aurait pu être délibérément écrit. C’est une belle répliqueRetour ligne manuel
aux diverse publications misandres qu’il a fallu subir récemment.

 

 

30 octobre : BRAVO HAPSATOU SY, BRAVO PASCAL !

Elles refont la TV  : étonnante émission ce
vendredi sur C8. Emission revendiquée féminine, qui a donné la parole
aux représentantes de plusieurs causes féminines, d’ailleurs légitimes,
puis, miracle, au bout de trois quarts d’heure, l’a donnée à notre ami Pascal Combes, président de Stop Hommes battus.Retour ligne manuel
Lequel a pu en toute liberté expliquer son cheminement, son combat et
celui de son association, salué par les encouragements des
participantes. Un spectacle assez rare à la télévision. Nous neRetour ligne manuel
connaissons guère Hapsatou Sy, l’animatrice, mais ceRetour ligne manuel
qu’elle a fait aujourd’hui - avec quel tonus ! - restera dans notreRetour ligne manuel
souvenir comme une belle action (il y a un replay : https://www.canalplus.com/divertissement/battu-par-sa-femme-il-temoigne-dans-tpmp-elles/h/15064245_50013).

 

 

17 avril : LA MISANDRIE SEPARATISTE

Les médias relèvent et dissertent d’une présumée montée de la misandrie, à partir de deux livres et quelques tribunes : Moi les hommes je les déteste de Pauline Hermange (voir 20 septembre) / Le génie lesbien, d’Alice Coffin. Cette montée ne date pas d’aujourd’hui, mais il est vrai qu’avec ces livres une nouvelle étape est franchie :

Cela mérite plusieurs commentaires :

1) La misandrie n’est pas un phénomène nouveau.Retour ligne manuel
On en trouve des éléments nombreux, construits, argumentés et inscrits
dans le débat public dès le 15e siècle, dans le cadre de la Querelle des femmes. (voir Il y a DEUX SEXISMES p.11-27)

2) La misandrie d’aujourd’hui ne diffère guère de celle d’hier. Ni dans la forme pamphlétaire : le SCUM de Valérie Solanas est un pamphlet, et des plus extrêmes dans le genre.Retour ligne manuel
Ni dans les idées : quand Coffin écrit que les hommes sont des "assaillants", qu’ "il ne suffit pas de nous entraider, il faut, à notre tour, les éliminer", que fait-elle sinon du pur Solanas ?

3) La seule nouveauté, mais elle est de taille, est que ces dames
ont décidé de jeter le masque et de se présenter comme elles sont,
c’est-à-dire des sexistes
. Jusqu’ici, la plupart des idéologues
misandres se présentaient comme des "féministes", des défenseures des
"droits des femmes", ou des adversaires du présumé patriarcat, ce qui
leur évitait de mettre en cause le sexe des hommes dans son entier, et
donc de faire ce quelles reprochent justement à leurs adversaires, du
sexisme intégral. Maintenant, plus de gêne à avoir, "misandrie" perd sa connotation négative, et tous les hommes sont mis dans le même sac

4)Retour ligne manuel
Pour atténuer le choc, Pauline Harmange réutilise l’argument des rares
féministes qui ont jusqu’ici reconnu l’existence de la misandrie (comme
Colette Pipon : Le féminisme au risque de la misandrie) : Pour elle on ne peut comparer la misandrie à la misogynie "tout simplement parce que la première n’existe qu’en réaction à la seconde".Retour ligne manuel
Argument spécieux : qu’est-ce qui ressemble plus à un courant de pensée
que la réaction à ce courant ? Et puis peut-on affirmer qu’il y a eu un
premier sexisme, et un second en réaction ? Femmes et hommes ayant
toujours vécu ensemble, il y a de fortes chances que les deux sexismes
(et pas forcément sous forme écrite) ils aient été concomitants.

5) Nouveauté dans la nouveauté : la réactivation de la misandrie séparatiste.Retour ligne manuel
Quoi qu’elle pense des hommes, la misandrie traditionnelle n’envisage
pas de se séparer d’eux socialement, ne serait-ce que pour pouvoir
continuer éternellement à les dénigrer, les salir, les dénoncer, les
combattre. Une tentative dans ce sens a pourtant eu lieu dans les années
80 : des femmes décidées à vivre sans hommes s’étaient installées dans
des zones forestières de l’Oregon, et y étaient restées pendant
plusieurs années. Cela resssemblait bien à une séparation (relative car
elles restaient dans le cadre de la société américaine - Voir Il y a DEUX SEXISMES, p. 57). Mais c’est bien le même état d’esprit qu’on retrouve chez Coffin lorsqu’elle écrit : "Je
ne lis plus les livres des hommes, je ne regarde plus leur films, je
n’écoute plus leurs musiques (...) Ils ont déjà infesté mon esprit
".Retour ligne manuel
Il ne s’agit plus seulement de freiner les éventuels abus des hommes et
de ce fait d’améliorer la condition féminine voir la société ; il
s’agit de vivre sans eux, sans leur accorder la moindre attention, sans les voir - et l’on retrouve là une idée misandre traditionnelle : les hommes, tous les hommes, sont incurables.

6) Même si nous ne nous réjouissons pas des sentiments qu’elle draine, nous ne pouvons qu’approuver cette clarification du vocabulaire.Retour ligne manuel
Quelqu’un qui déteste tous les hommes, les hommes en soi, est un(e)
misandre. Ce n’est pas un(e) féministe, car le féminisme n’est pas un
sexisme. Quelqu’un qui, pour des raisons X, déteste une partie des
hommes, ou certaines réalisations des hommes, n’est pas un(e) misandre,
car le sexisme est fondé sur la généralisation totale.

7)Retour ligne manuel
Ceci étant dit, et partisans de la liberté d’expression pour tout leRetour ligne manuel
monde, nous ne sommes pas favorables à des poursuites judiciaires
contre ces livres misandres. Car les censurer, les interdire, ne ferait
pas avancer d’un poil la connaissance de la misandrie. Certes ils
pourraient relever de délits du genre "incitation à la haine". Mais nous préférons qu’ils expriment cette haine explicitement,Retour ligne manuel
afin que sa réalité devienne incontestable. Car nombre de personnes de
bonne foi, conditionnées par les idéologies qui idéalisent les femmes,
n’y croient pas, ou croient qu’il s’agit d’un sexisme d’une nocivité
moindre. Il faut que le public s’en convainque : il y a bien deux sexismes, et ils ne valent pas mieux l’un que l’autre.

 

 

22 septembre : BELLE VICTOIRE POUR LA PATERNITE

Pour juillet 21, le gouvernement a annoncé le doublement du congé paternité de 14 à 28 jours, ce qui était très exactement la revendication du GES (C 26B°) : http://www.g-e-s.fr/base-de-documentation/plate-forme-de-propositions-maj-2016/

Ce doublement est d’une importance capitale : les premiers jours sont
ceux qui permettent à l’enfant, englué dans le cocon maternel, de
découvrir qu’il a 2 parents, et au père de commencer le travail de
séparation de l’enfant avec la mère.Ceci est déterminant pour le reste
de sa vie car, comme le disait Guy Corneau, "Père manquant, fils manqué"

Une partie de sept jours serait obligatoire, ce qui peut poser desRetour ligne manuel
problèmes économiques. Mais l’enjeu est fondamental. Et puis, du côté
de la mère, il y a bien "obligation", et nul ne trouve à y redire.

Bien sûr, on peut espérer que les choses aillent encore plus loin, mais
en cette année sinistre, où se déchaînent deux maladies sordides, le
Covid 19 et la misandrie hystérique, on ne peut qu’apprécier cette pause
de bon sens.

https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/09/22/la-duree-du-conge-paternite-en-france-va-etre-doublee_6053210_3224.html

Voir le communiqué du GES : https://www.facebook.com/groups/1406385782950861

Relire La réelle fonction du père d’Yvon Dallaire : http://la-cause-des-hommes.com/spip.php?article418

 

 

20 septembre : LA MISANDRIE REVENDIQUEE

Habituellement, le point de vue des misandres sur leur idéologie est...
qu’elle n’existe pas. Il est impossible que des femmes éprouvent un
sentiment aussi vil que le sexisme, tant elles ne sont habitées que par
des sentiments généreux. Selon eux, seul existe le féminisme.

Une certaine Pauline Harmange vient de briser le dogme en publiant Moi les hommes je les déteste (éditions
Monstrograph), titre qui a le mérite d’être explicite. Nous ne l’avons
pas lu, mais en tous cas dans les interviews, elle n’hésite pas à
employer le terme "misandrie" et à positiver celle-ci, avec des explications alambiquées. Pour elle, il s’agit d’une "ode à la sororité",Retour ligne manuel
d’un appel à l’union des femmes (toutes les femmes ?) contre le présumé
patriarcat (donc contre tous les hommes ?), etc., mais pas de sexisme.Retour ligne manuel
Cela y ressemble pourtant beaucoup. Et puis pourquoi employer le terme "misandrie", dont c’est justement la définition ? 

Contre toute attente, un fonctionnaire du ministère de l’égalité
hommes-femmes a appelé à des poursuites contre le livre. Nous le
comprenons car l’ouvrage transgresse manifestement les lois sur les
propos sexistes.Retour ligne manuel
Mais tactiquement, il a tort. Il est tout à fait souhaitable que lesRetour ligne manuel
misandres, déguisés en féministes, dévoilent le fond de leur pensée, et
la réalité de leur idéologie. Après Pauline Harmange, ils ne pourront
plus dire que "la misandrie n’existe pas".

https://www.aufeminin.com/livres-a-lire/moi-les-hommes-je-les-deteste-on-a-lu-l-essai-de-pauline-harmange-menace-de-censure-s4016887.html

17 juillet : d’après Le Monde, qui reprend les chiffres du Ministère de l’Intérieur, le nombre de "féminicides" (?), soit 146, serait en augmentation. https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/08/17/le-nombre-de-feminicides-en-hausse-en-2019-selon-les-chiffres-du-ministere-de-l-interieur_6049168_3224.html

Oui, mais par rapport à quoi ? Les 166 de
2007, les 157 de 2008, les 165 de 2009, les 148 de 2012, etc, etc ? Si
vous avez la patience de compter : http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article196

En fait, le chiffre se situe toujours dans une fourchettte entre 109 et 166. Il n’y a pas de hausse, malgré les 121 de l’année précédente, il y a une régularité indéniable quoique tragique.

Au fait, il y a également 27 hommes victimes... mais ça ça n’intéresse guère le journal qui ne prend pas la peine de comparer avec les années précédentes.

A lire aussi la remarquable tribune Hommes victimes de violences conjugales  : la double peine publiée par des membres de Stop Hommes Battus le 7 août dernier : https://www.lemonde.fr/idees/article/2020/08/07/violences-conjugales-faites-aux-hommes-la-double-peine_6048343_3232.html

 

 

1 août : MOS MAJORUM, à son tour, produit une video sur le livre IL Y A DEUX SEXISMES :

https://www.youtube.com/watch?v=eEiClL0TDPg&feature=youtu.be

 

 

25 juillet : ALICE COFFIN, UNE MISANDRE DE CHOC comme le montrent ces propos tenus sur RT France en 2018 :

NeRetour ligne manuel
pas avoir un mari, ça m’expose plutôt à ne pas être violée, ne pas êtreRetour ligne manuel
tuée, ne pas être tabassée et ça évite que mes enfants le soientRetour ligne manuel
aussi.Il faut aussi rappeler quelques chiffres sur les pères, c’est unRetour ligne manuel
petit peu dramatique. On brandit cette préférence paternelle comme çaRetour ligne manuel
sans savoir la réalité c’est quoi la paternité dans le mondeRetour ligne manuel
actuellement...

Cette dame était alors conseillère de Paris (EELV) du 12e arrondissement. On peut voir la video ici : https://www.valeursactuelles.com/societe/video-alice-coffin-elue-eelv-ne-pas-avoir-un-mari-ca-mexpose-ne-pas-etre-violee-ne-pas-etre-tuee-ne-pas-etre-tabassee-122062

 

 

3 juillet  : OSALNEF, un sympathique youtubeur antimisandre, publie une non moins sympathique video où il présente le livre IL Y A DEUX SEXISMES :

https://www.youtube.com/watch?v=nNWRrUEevgk



Imprimer

Menu

Menu :