Actus janvier-juin 2019


ACTUS JANVIER-JUIN 2019

 

4 juin : SANDRA MULLER, FAUSSE ACCUSATRICE, DELATRICE CRIMINELLE - SOUTENONS ERIC BRION !

https://www.liberation.fr/france/2018/02/09/sandra-muller-ce-n-est-pas-parce-qu-on-protege-les-femmes-qu-on-va-entraver-leur-liberte-sexuelle_1628496

SM est la géniale inventrice de #Balance ton porc ("ton", car toutes les femmes ont le leur), celle qui a lancé les deux premiers tweets et déclenché une campagne de délation tous azimuts contre de présumés harceleurs, qu’elle appelle à désigner nommément. Sa victime est Eric Brion, à qui elle reproche, lors d’une soirée arrosée, trois phrases qui expriment très clairement une proposition sexuelle. Certes elle est formulée de manière un peu salace, mais c’est seulement une proposition. De plus, il se trouve :

- qu’ils se connaissent depuis 15 ans et se tutoient ;

- qu’il n’est pas son supérieur ni même son collègue au plan professionnel ;

- que la proposition (qui s’est heurtée à un refus) n’a pas été réitérée ;

- qu’à aucun moment il n’y a eu de contrainte ou de violence.

Dans ce cas, où se situe le harcèlement ? Mystère.

EB, devenu un pestiféré, a vu sa vie dévastée. A-t-elle pesé le risque que cela arrive quand elle l’a désigné à la vindicte publique ? Oui, elle l’a pesé :

Evidemment, le risque de mettre en l’air, à tort, la vie d’un homme me navre, et il peut y avoir des « dommages collatéraux ». Mais le bienfait du mouvement est tellement important ! Et il y a plus de victimes que de mythomanes. Aux Etats-Unis, on ne se pose pas trop la question, on n’hésite pas à dénoncer : il y a une culture de l’affichage, et peu d’innocents ont été « balancés » à tort sur la place publique.

De tels propos sont évidemment stupéfiants : on dénonce tout le monde (en fait tous les hommes), en postulant qu’il y aura dans le lot plus de coupables que d’innocents (ce qui n’est pas démontré). Et s’il y a des innocents... tant pis pour eux, ils seront des sacrifiés nécessaires à la victoire de la cause... 

Savoir qu’une telle créature est en liberté et peut nuire impunément a quelque chose d’effrayant. D’autant plus que dans une société misandre comme la nôtre, elle devient une héroïne : elle a été reçue à l’Elysée parmi les "héros 2017" ; elle a trouvé à sortir un livre ; elle est interviewée par tous les médias, et avec quel sérieux !

EB a eu raison de lui intenter un procès en diffamation, où il demande une réparation financière. Le tribunal rend sa décision le 25 septembre. Espérons qu’elle prendra le maximum. De plus, il demande l’effacement du tweet : ce serait une première victoire symbolique sur #Balance ton porc.

Màj 25 septembre : SM condamnée pour diffamation à 15000 E de préjudice moral + 5000 E de frais de justice

 

 

16 mai : VALEURS ACTUELLES, UN DOSSIER DECEVANT

Le numéro de ce jour affiche en couverture le titre de son dossier : La nouvelle terreur féministe (le dernier débat public de VA a été agressé par des militantes de La Barbe). Sujet appétissant, mais au final traité de manière assez superficielle.

Le positif :

- un tableau qui met en évidence les principales têtes "pensantes" de la misandrie française, leurs activités, leurs liens (p. 20), et un autre tableau qui fait de même pour l’international (p.29)

- un décryptage de la tactique misandre dans les médias et les réseaux sociaux ;

- un bon compte rendu de la manière dont se déroulent les agressions de La Barbe contre les réunions qui leur déplaisent parce qu’elles les jugent trop masculines : derrière l’apparence de spontanéité, il y a toute une organisation qui s’appuie en particulier sur des journalistes amis, dûment prévenus, qui peuvent filmer les scènes et leur donner ensuite une importance qu’elles n’ont pas objectivement. 

Le négatif :

- l’emploi du terme "féministe" pour désigner un mouvement qui ne le mérite plus depuis longtemps. C’est lui donner le statut d’héritier des premières féministes, ce qu’il n’est pas. D’ailleurs les rédacteurs le savent puisqu’ils emploient ensuite un terme distinct (néo-féminisme). Et même, pour certains, se reconnaissent dans le féminisme à condition d’en donner la bonne définition ; comme Eugénie Bastié : Je suis partisane d’un féminisme réaliste qui apporte des solutions concrètes aux problèmes concrets (p.27).

- une deuxième confusion, par assimilation de l’idéologie transgenre (pas de distinction entre hommes et femmes, tout est construit socialement) et de la misandrie (essentialiste : les hommes sont naturellement inférieurs aux femmes) ;

- le terme terreur, est, lui, parfaitement justifié ; mais les rédacteurs ne lui donnent pas un contenu suffisant. Pour eux, cette terreur est faite des campagnes de dénigrement lancées régulièrement contre les hommes, de l’impossibilité de les discuter sans être aussitôt diabolisé, de l’emprise que les misandres s’assurent progressivement dans les médias. Ils ont raison, et l’on pourrait parler à juste titre de terrorisme intellectuel. Mais la terreur va beaucoup plus loin, et pour la saisir il faut parler des discriminations et des violences contre les hommes (autres qu’intellectuelles) Or, à aucun moment les rédacteurs ne le font. Les terreurs les plus profondes, ce sont :

- celle de l’homme qui se voit imposer une paternité, et qui découvre que les lois sur le sujet sont systématiquement à son désavantage,

- celle de l’homme battu par sa conjointe qui cherche en vain un appui car tous les services d’aide sont réservés aux victimes féminines ;

- celle du père divorcé qui, en dépit de sa motivation pour coéduquer ses enfants, se voit privé de leur contact par des procédures judiciaires partiales ;

- celle de l’homme faussement accusé de violences sexuelles, dont la vie est fauchée, même s’il fait reconnaître son innocence, parce que la rumeur a fait son oeuvre.

...et quelque autres. Tout cela, ce sont les basses oeuvres de la misandrie, et consacrer un dossier à celle-ci sans même les évoquer est la marque d’une réelle méconnaissance certaine, ou d’une manière particulièrement étroite d’envisager le problème.

- enfin, et c’est lié à ce qui précède, VA ne donne la parole qu’aux mêmes journalistes conservateurs habitués à traiter le sujet sous le même angle, et donc répètent la même chose. Aucune place n’est données au courant hoministe, pas même une citation ou la référence d’un livre.

 

8 mai : SOUTENONS CLAIRE O’PETIT

Le 30 avril, la députée LREM Claire O’Petit a posé une brève question orale à Nicole Belloubet, Garde des sceaux, se terminant par Madame la ministre, comment comptez-vous briser le tabou des hommes battus et rendre visible ce phénomène ?

Comme on pouvait s’y attendre, l’intéressée dans sa réponse a botté en touche, évoquant des mesures actuelles ou à venir sur un plan général, alors que le problème est justement que ces mesures ne bénéficient qu’aux femmes victimes.

https://www.nosdeputes.fr/15/seance/3173#table_7400

Il est dommage que Claire O’Petit ne se soit appuyée que sur le nombre des victimes de meurtre conjugal, et non sur celui de l’ensemble des violences conjugales, lequel correspond à la réalité du problème, et où l’écart femmes-hommes est beaucoup plus réduit. Ceci dit, il faut saluer son intervention, qui est rare, et rompt agréablement le silence des hommes politiques sur ce sujet depuis des années.

D’ailleurs, certains adversaires médiatiques ne s’y sont pas trompés. France Info (dans sa rubrique Désintox !) et Libé (deux fois) publient des pseudo-rectificatifs, où ils admettent que le le nombre, quoiqu’il date de 2016, est juste, mais suggèrent que ces hommes victimes ont bien mérité leur sort, n’étant en fait que des hommes violents qui ont provoqué une hyper-réaction de la part de leur compagne ! 

https://www.francetvinfo.fr/societe/violences-faites-aux-femmes/desintox-violences-conjugales-les-approximations-de-claire-o-petit_3435755.html

https://www.liberation.fr/checknews/2019/05/01/est-il-vrai-qu-en-france-un-homme-meurt-tous-les-treize-jours-sous-les-coups-de-sa-conjointe_1724283

https://www.liberation.fr/france/2019/05/03/est-il-vrai-qu-un-homme-meurt-tous-les-treize-jours-sous-les-coups-de-sa-conjointe-en-france_1724832

Quoiqu’on pense par ailleurs de son positionnement politique, il est utile de faire savoir à cette députée qu’elle a été entendue et qu’une partie de l’opinion la soutient. Voir le courrier du GES : http://www.g-e-s.fr/base-de-documentation/actions-en-cours/courrier-a-claire-opetit-deputee/ On peut lui écrire :

 

6 mai : CHLOE BELARD CONTRE LA THEORIE DU PATRIARCAT UNIVERSEL

Voici du renfort venu d’où nous ne l’attendions pas. Chloe Belard, archéologue spécialisée dans la période européenne de -800 à -50, se rattache au courant de l’"archéologie du genre". Dans son travail, elle remet en cause la conception traditionnelle de la femme antique ménagère, et de l’homme antique chargé de la chasse et de la guerre. Une conception partagée par les misandres, qui leur permet de conforter leur propre conception de l’homme toujours bourreau et de la femme toujours victime. Elle écrit :

En réalité, les sociétés de l’âge du fer composaient avec des femmes d’âge mûr, d’autres qui ne correspondaient pas aux canons de féminité actuel. Surtout, absolument rien ne permet d’affirmer que les femmes ne remplissaient pas les mêmes rôles que les hommes, y compris militaires ou politiques.

Et, à propos des vestiges funéraires sur lesquel elle travaille plus particulièrement :

Par exemple, les objets de parure sont associés à l’élégance et à la féminité alors qu’ils sont peut-être symboles de pouvoir, de rang social ou d’identité communautaire.

https://www.vice.com/fr_ca/article/wjv8j4/le-patriarcat-chez-nos-ancetres-est-une-invention-sexiste-darcheologues-hommes?fbclid=IwAR02l6bvfDBWT2uQ8Qxfa4sKcjAQSc_GYKc6DYxCqeSeBh-AfNkeAonoh-g

Autrement dit, la croyance au patriarcat universel/atemporel en prend un coup. Cela ne peut que nous réjouir, nous qui depuis un certain temps déjà relevons les objections à cette même croyance :

http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?rubrique13&var_mode=calcul

 

 

15 avril : FROM WOMEN TO MEN, Hannah Milling

C’est en parcourant La violence existe aussi au féminin (voir 10 avril) que nous avons découvert ce texte extraordinaire, qui a déjà fait un beau parcours sous forme de video. En voici un extrait :

Aujourd’hui, je suis ici en tant que femme pour offrir à tous les hommes mes excuses les plus profondes pour toutes les blessures que nous, femmes, vous avons faittes.

Le poids séculaire de la douleur et de la haine des femmes maltraitées par des hommes irresponsables, nous a fait vous punir et vous blâmer pour les péchés de vos ancêtres, même lorsque vous nous avez montré de l’amour.

Je vois combien c’est douloureux d’être vu comme un violeur et un abuseur potentiel de femmes et d’enfants, juste parce que tu es un homme.

Il gagne à être lu et relu posément et à être diffusé encore davantage. Ce que nous faisons ici : http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article438&var_mode=calcul

La video : https://www.youtube.com/watch?v=rCaQliiGusM

 

 

10 avril : LA VIOLENCE EXISTE AUSSI AU FEMININ ou comment sortir de la guerre des sexes

Vient de sortir. Sous la direction d’Eric Verdier et Lolita Pheulpin, H§O éditions

https://ho-editions.com/productdisplay/la-violence-existe-aussi-au-f%C3%A9minin

Comme l’indique son titre, il s’agit d’un ouvrage clairement engagé contre le politiquement correct. Impulsé par Eric Verdier, militant paternel, il regroupe une vingtaine de contributions (témoignages, analyses, propositions). Sollicité, le GES a apporté les contributions de deux de ses membres. Il y a également des contributeurs connus (Serge Hefez, Gérard Neyrand). Ultérieurement, nous examinerons de plus près certains de ces apports. 

 

 

23 mars : MAXIME GAGET SUR C8 (Les Terriens du dimanche), MARLENE SCHIAPPA AU SUMMUM DE L’HYPOCRISIE

La video : https://www.dailymotion.com/video/x74r0sp

Bonne idée que celle du sieur Ardisson de susciter un face à-face entre un porte-parole des "hommes battus" et la secrétaire d’état aux droits des femmes : une situation inédite à ce jour. Malheureusement, chez lui, les invités secondaires défilent à toute allure. Max a eu tout juste le temps de résumer son histoire qu’Ardisson redonnait la parole à Schiappa, puis stoppait le sujet. Pour les deux : 13 minutes ! On pouvait espérer de la part de la dame un début de reconnaissance des diverses discriminations faites aux hommes victimes : c’est ce qui lui était suggéré mais manifestement c’était trop. Elle a noyé le poisson, disant s’intéresser au problème et agir pour sa résolution, sans jamais préciser de quel problème elle parlait, et sans évoquer la sexuation de sa politique. Mais après tout, c’était une première : espérons que cela donnera des idées à d’autres animateurs...

 

 

7 mars : PMA-SANS-PERE, NON MERCI !

La possibilité que soit introduite dans la loi la PMA "pour toutes" (c’est-à-dire pour les femmes seules et les couples de femmes) prenant de l’ampleur, il est temps que nous précisions notre position. La voici :

- nous considérons comme légitime la procédure déjà institutionnalisée de PMA pour les couples mixtes infertiles, dans la mesure où elle s’inscrit dans une configuration familiale avec une mère et un père ; où l’enfant est accueilli par un père, même si ce n’est pas son père biologique.

- par contre, nous considérons comme inacceptable ce à quoi reviendrait l’institutionnalisation de la PMA "pour toutes", à savoir créer sciemment et délibérément des configurations familiales sans pères. Car l’absence de père, avec tous les manques qu’elle génère chez les enfants (difficulté à se séparer de la mère, difficulté à ressentir l’importance du pôle masculin pour les filles, difficulté d’identification pour les garçons) est un handicap majeur. Ce que nous développons depuis longtemps ici : http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?rubrique43&var_mode=calcul

- en écrivant cela, nous sommes conscients qu’il existe des familles où le père ne remplit pas sa fonction, ce qui génère également des manques. Mais, quoiqu’en disent les idéologues misandres, ces pères représentent une minorité, et une minorité ne peut servir de référence pour écrire la loi.

- nous sommes conscients également que des femmes seules ou en couple peuvent parfaitement exercer leur fonction de mère(s). Mais, par définition, elles ne peuvent exercer la fonction paternelle.

- plus généralement, la revendication de l’institutionnalisation de la PMA "pour toutes"(qu’il est plus exact de qualifier de "sans-père") est un produit de l’idéologie paterphobe/misandre, dont l’un des objectifs est de minorer le rôle des pères partout où cela est possible (par exemple par l’attribution préférentielle de la résidence des enfants aux mères, dans les procédures de divorce).

- l’argument précité nous paraît décisif, au point de se suffire à lui-même. Il n’est pas mauvais cependant d’avoir en mémoire les autres arguments existants :

* le nombre de donneurs et donc de gamètes étant déjà insuffisant, il y aurait risque de pénurie ;

* l’institution de la PMA-sans-père créerait une discrimination à l’encontre des couples d’hommes. Pour remédier à celle-ci, il faudrait institutionnaliser la GPA, procédure qui pose des problèmes éthiques encore plus ardus.

Voir auss le communiqué du GES : http://www.g-e-s.fr/breves/communique-non-a-la-pma-sans-peres/

 

 

20 janvier : NOUVEAUX SITES...

Signe des temps : de nombreux sites émergent, qui ont avec nous quelques, ou beaucoup de préoccupations communes, et dont certains s’inspirent de nous. Nous les avons intégrés à notre liste de liens : http://www.la-cause-des-hommes.com/spip.php?article180&var_mode=calcul. Merci à ceux qui ont déjà effectué la réciproque... et merci à ceux qui vont l’effectuer.

(Vraies) féministes :

Eromakia : https://eromakia.fr/

Bellica : https://www.bellica.fr/ : des féministes qui ont compris que les véritables menaces pour les femmes sont du côté de l’obscurantisme religieux.

Paternité/divorce :

Egalité parentale  : reprise des activités de cette asso de pères anciennement basée à Tours, et maintenant à Montrouge : http://www.egaliteparentale.com

Mamies Papis chagrin :le divorce vu du côté des grands-parents : http://mamiepapichagrin.simplesite.com/

Le Paternel : tout sur le métier de père : https://lepaternel.com/

Masculinité(s) :

Sos Misandrie : site généraliste, mais centré sur les hommes victimes de violences conjugales : https://www.sos-misandrie.org/

Hoministe : "Le féminisme au masculin" http://www.hoministe.com/

Hommes en mouvement : site d’inspiration MGTOW : http://www.hommes-en-mouvement.info/

Neo-masculin : démarche originale d’élaboration d’une éthique masculine : https://neo-masculin.com/

...ET NOUVEAU LIVRE : Le combat des pères, Raphaël Delpard, Editions du Rocher. Enfin un dossier complet sur l’héroique lutte qu’ils sont contraints à mener et ses modalités.

http://paternet.fr/2019/01/01/le-combat-des-peres/

https://www.tvlibertes.com/zoom-raphael-delpard-ces-peres-prives-de-leurs-enfants

 

 



Imprimer

Menu

Menu :