RECENSION : Images misandres militantes (màj régulières)


 

IMAGES MILITANTES MISANDRES

 

Manifestation du 6 mars 2016 à Belleville

 

Manifestation en faveur du mariage homosexuel, 19 janvier 2013, Paris

 

Quinzaine de l’égalité Femmes-hommes, octobre 2012 (Conseil régional Rhône-Alpes)

sur le thème : Le pouvoir a-t-il un sexe ?


 
 
 
Ni putes ni soumises, septembre 2012
 

Campagne contre le meurtre conjugal. Le nombre des victimes est puisé dans l’Enquête sur les morts violentes dans le couple de 2010. Mais celle-ci comporte aussi un chiffre pour les hommes victimes. Où est-il ? Pourquoi est-il occulté ? Pourquoi ce type de crime est-il réduit à une "violence contre les femmes" ?

 

Sécurité routière / 8 mars 2012 


La campagne s’intitule Manifeste des femmes pour une route plus sûre. Seuls les hommes sont dangereux sur la route. L’autre sexe ne fournit que des conductrices parfaites, et surtout des victimes de l’inconscience des conducteurs.
 
http://www.securite-routiere.gouv.fr/media/multimedia/video/2012/le-manifeste-des-femmes-pour-une-route-plus-sure
 
 
Osez le féminisme, février 2012
 
 

 

 

Laboratoire de l’égalité, janvier 2012

 

 
 

 

 

 
 
FNSF, campagne 2011 sur le 3919
 
Clair et net : les trois représentations d’hommes (voir leurs mains), et seulement d’hommes, qui illustrent la campagne sont celles de monstres :
 
 
 
 
Amnesty Belgique / 8 mars 2011
 
 
 
A nouveau (voir février 2009) l’association publie un "dazibao" (sic - en fait un poster). Il met en scène deux conjoints à l’heure du coucher, assis dans le lit conjugal l’un à côté de l’autre, vus de face. Chacun est occupé : elle lit, lui a dans les mains ce qu’on pourrait prendre pour un ordinateur, mais est en fait une plaque d’immatriculation de prisonnier. En bas l’image est légendée : 1 femme sur 5 vit avec un criminel. Stop à la violence conjugale 
 
 
 
Ministère du travail, campagne 3919, 2011

 

 

Fédération nationale solidarité femmes (FNSF), 2006

Campagne 2006 : Un homme qui maltraite sa femme apprend la violence à ses enfants
 
Le spot créé par l’association s’inscrit dans le cadre d’une nouvelle campagne télévisuelle sur la violence conjugale. Sans surprise, son a priori est sexiste : lui violent, elle victime. Mais il fait un nouveau pas dans l’ignoble. Le spot prétend "faire comprendre que toute forme de violence dans la cellule familiale a aussi des conséquences dramatiques sur leurs propres enfants" - ce qui est une intention tout à fait louable. On s’attend donc à voir, outre un couple qui se déchire, des enfants des deux sexes qui pleurent, dépriment, s’autoflagellent ou se battent entre eux. Il n’y a malheureusement que l’embarras du choix. Mais ce qui nous est montré est tout autre : la mère tombe à terre sous les coups de son conjoint ; l’image d’un jeune garçon plutôt gracieux se profile ; il s’approche de sa mère... et, spontanément, complète le travail à coups de pied. Le message est clair : les hommes, les pères sont violents, mais aussi - par hérédité ou conditionnement - les jeunes garçons.
 
 
Nous avons envoyé à l’association un courrier de protestation, qui n’a reçu aucune réponse.
 
 
 

 



Imprimer

Menu

Menu :