RECENSION : Celles qui n’ont pas rencontré le "plafond de verre" (màj régulières)


 

 

[A l’encontre des idéologues misandres qui prétendent parler en leur nom, beaucoup de femmes considèrent n’avoir jamais souffert du mystérieux "plafond", et le disent. Nous reproduisons ici, au fur et à mesure, leurs témoignages trouvés dans les médias.] 

 

 

CELLES QUI N’ONT PAS RENCONTRE LE "PLAFOND DE VERRE"

 

 

Louise Angelergues (dessinatrice de presse à Voici, France Culture, Cheek magazine)

Louison, le bon coup de crayon. Story Teller, printemps-été 2015, p. 27-37. Propos recueillis par Esther Degbe

Le milieu de presse est un milieu très masculin, comment y es-tu entrée ?

(...) Je me sens soutenue par mes collègues et les dessinateurs avec lesquelles j’ai pu travailler. C’est vrai que ça m’a impressionnée la fois où je suis allée chez Charlie Hebdo, mais au final j’ai été bien accueillie.Tignious m’a dit une fois : "C’est très bien qu’il y ait des filles, venez."

Il n’y a jamais eu la moindre remarque misogyne ou sexiste de mes collègues dessinateurs. Après, dans la vie professionnelle c’est autre chose, mais de la part de mes collègues, non. La plupart des collègues avec lesquels j’ai pu travailler ont toujours été tous très contents qu’il y ait des femmes jeunes. L’altérité aide aussi à faire qu’on avance.

Donc ta vie professionnelle n’a jamais été entachée de sexisme ?

Tous mes rédacteurs en chef à l’exception d’un ont toujours été hyper-cool.

 

Stéphanie Frappart (première arbitre centrale de foot en Ligue 2)

interview au Point, 23 mai 14 : "Un honneur d’être une pionnière !"

http://www.lepoint.fr/sport/football/ligue-2-stephanie-frappart-un-honneur-d-etre-une-pionniere-23-05-2014-1827071_1858.php

(...) C’est une vraie joie d’être promue, une vraie fierté. C’est le signe d’une belle confiance de la fédération et des instances de l’arbitrage.

(...)

Maintenant je sais que je vais être attendue. Je serai jugée sur mes compétences, avec les mêmes critères que les garçons.

 

Helena Costa (nouvelle entraîneuse de foot de Clermont, ligue 2)

interview au Parisien, 10 mai 14 : "J’espère être jugée pour mon travail"

J’aimerais juste désormais qu’on me regarde à travers mon travail et non pas en fonction de ma condition de femme. C’est la compétence qui compte. Laissons le reste de côté.
(...)
Diriger des hommes, des femmes, c’est pareil.
(...)
J’ai connu des difficultés au cours de ma carrière, mais ni plus ni moins que n’importe quel autre entraîneur. A Cheleirense, tout s’est bien passé. Tout est une question de respect et de compétence, qu’on soit un homme ou une femme.
(...)
Ce qui compte, ce n’est pas d’être une femme ou un homme mais d’être compétente.

leparisien.fr/sports/football/football-helena-costa-j-espere-etre-jugee-pour-mon-travail-10-05-2014-3830049.php

 

Carole Foucke

sur paris-normandie.fr. : La réussite au féminin, 19 octobre 2013

SAINT-EUSTACHE-LA-FORET. Femme entrepreneure, Carole Foucke mène une brillante carrière dans un secteur traditionnellement masculin. Rencontre.

Elle dit ne pas avoir souffert de sexisme. C’est peut-être même ce qui l’a toujours fait avancer. Que ce soit dans sa vie personnelle ou professionnelle, Carole Foucke, 43 ans et mère de trois enfants, a toujours dû se battre pour se faire une place. Sa place de femme. Lauréate du concours « Femmes entrepreneurs en Haute-Normandie », dans la catégorie « Femmes entrepreneures installées dans des secteurs traditionnellement masculins », la gérante de Foucke Manutention Services, basée à Saint-Eustache-la-Forêt, récolte aujourd’hui les fruits d’un parcours pourtant semé de frustrations. « Je n’ai pas réellement choisi mon métier, dit-elle. C’est plutôt mon métier qui m’a choisie. J’ai trois frères et mon père nous a élevés tous les quatre de la même façon, à savoir prendre sa relève et apprendre son métier. Il était chef d’entreprise en mécanique et automatisme. »

paris-normandie.fr/article/ablon/la-reussite-au-feminin

 

Femmes dans les médias

dans Le Point, 27 juin 2013, extraits de l’article Les nouvelles femmes savantes, p. 61 et 62

Aude Lancelin : (...) Le monde des médias est réputé misogyne mais je n’en ai jamais personnellement souffert.

Elisabeth Levy : (...) Etre une femme joue plutôt en ma faveur, on ose moins m’emmerder. La bagarre, j’ai toujours aimé.

 

Les skieuses professionnelles, 26 mars 13

dans Ski chrono, supplément qui dépend du Dauphiné Libéré, n° 37, extrait de l’article de Céline Combier, p. 52 : L’histoire : être femme au plus haut niveau, pas si désespérées ces skieuses :

Le ski de compétition, notamment sur le versant alpin, ne nous a jamais semblé particulièrement machiste. Dès la première course du Club alpin français (Caf), en 1904, les femmes ont été associées aux hommes. Aux Mondiaux de Mürren, en 1931, chaque catégorie fut d’emblée représentée. Et même à Kitzbühel, le Hahnenkamm a longtemps joué la carte de la
mixité de 1932 à 1961 avec au palmarès des Françaises en géant.

 

Nicole Tung, 6 mars 13

photoreporter américaine, de retour de Syrie - dans Styles, supplément à L’Express du 6 mars 13, p. 78. Reporters de guerre : reflets dans un oeil de femme

(...)

Est-ce plus dur pour une femme ?

Le métier compte désormais beaucoup plus de femmes sur le terrain et dans les newsrooms. Je n’ai jamais été discréditée ou découragée au simple motif que je suis une femme. La plupart de mes collègues sont des hommes et quand nous sommes dans une situation dangereuse, nous sommes égaux et nous faisons attention les uns aux autres. Il y a beaucoup de camaraderie et de respect entre nous. Pour être honnête, c’est parfois plus dur entre femmes, car il y a de la rivalité. 

Y a-t-il un écriture, un regard féminin ?

Les enjeux et les difficultés sont les mêmes pour les hommes que pour les femmes. J’essaie de ne pas considérer mon métier par le prisme du genre. Bien sûr, le sexisme n’en est pas absent. Cele peut être très frustrant.

 

Danielle Bousquet, 2 juin 2012

Ex-députée PS, ex-vice-présidente de la Délégation parlementaire aux droits des femmes (créée en 1998), interviewée par le site Egalité :

Puis pour les élections législatives de 1997, Lionel Jospin, alors premier secrétaire du PS, décide, ce qui était très novateur pour l’époque, qu’un tiers des circonscriptions serait réservé à des femmes. A Saint-Brieuc, mes camarades m’ont demandé de me présenter.

J’avais beaucoup hésité car cela me semblait au-dessus de mes possibilités ; je ne me sentais pas prête. Finalement, j’ai été largement élue puis réélue deux fois.

egalite-infos.fr/2012/05/31/%C2%AB%C2%A0a-lassemblee-jai-toujours-porte-des-textes-de-loi-affirmant-les-droits-des-femmes%C2%A0%C2%BB/

 

 Fleur Pellerin, ministre déléguée aux PME dans le nouveau gouvernement Ayrault

24 mai 2012

Si j’avais été un homme blanc de 50 ans, à compétences égales, j’aurais eu moins de chance d’être nommée.

http://24heuresactu.com/2012/05/24/fleur-pellerin-pas-ministre-si-elle-etait-un-homme-blanc/ 

 

Claire Mérouze

première femme pilote de Rafale

dans Armée de l’air/ Magazine Air actualités n° 649, mars 2012

Dans ce milieu peu féminisé, je n’ai pas senti de discrimination. Nous sommes peut-être un peu plus surveillées. En effet, dans un groupe de 20 élèves, s’il n’y a qu’une fille, tout le monde la connaîtra tout de suite. Après est-ce positif ou négatif ? Je pense qu’en fin de compte, il n’y a ni avantage ni inconvénient .

 

Femmes entrepreneures

interviewées dans le dossier

Femmes et entrepreneures, comment elles s’imposent (p. 35-51), Entreprise, mars 2012

 

Anne-Laure Constanza (Envie de fraises) : Est-il plus difficile de lever des fonds quand on est une femme ? Je suis quand même parvenue à obtenir 470000 euros en avril 2008, auprès de divers business angels privés et du fonds Network Finances, puis 1,4 million d’euros d’Amundt Private Equity fin 2010, alors que j’étais enceinte de sept mois et demi, et de jumeaux qui plus est !

Il me semble qu’un projet bien ficelé, ambitieux, n’a pas moins de chance de séduire des investisseurs parce qu’il es porté par une représentante de la gente féminine.
 
Valérie Balavoine (Axible technologies) : Dans le secteur très masculin des nouvelles technologies, être une femme n’est absolument pas handicapant. Et face à des investisseurs, je ne crois pas que cela joue d’une quelconque manière. On n’est pas moins crédible. Surtout si l’on se garde de jouer dans le registre de la séduction. ce qui n’est de toute façon pas mon truc !
 
Agnès Passault (Groupe Aquitem) : Souvent, dans les réunions, je suis la seule femme : cette différence peut être un atout dans un milieu très masculin.

 

Anne Cullere, contre-amirale

Le capitaine de vaisseau Anne Cullere, 54 ans, mariée, mère d’un garçon, entrée dans la Marine en 1981, sera nommée contre-amiral à l’été 2012. Elle sera la deuxième femme à occuper cette fonction. Elle déclare :

J’ai la chance d’avoir eu des chefs qui n’ont pas eu d’états d’âme. On ne m’a pas mis de bâtons dans les roues parce que j’étais une femme. Je n’ai pas eu le temps d’être une féministe convaincue !

marianne2.fr/blogsecretdefense/m/Bientot-une-amirale-dans-la-Marine_a480.html

 

Emmanuelle Jarnot, première femme commandant à La Méridionale

meretmarine.com/article.cfm ?id=116167, 13 mai 11

Elle est arrivée à la compagnie en 1999 et a gravi tous les échelons. Aujourd’hui, à 37 ans, elle devient le premier capitaine féminin de l’armement, mais aussi de l’ensemble des ferries et cargo-mixtes exploités vers la Corse. Elle prend la barre du Girolata, le plus important navire de la Méridionale.

Sa philosophie : « A bord d’un navire, il n’y a ni homme ni femme, il y a des marins, comme le soulignait avec respect Albert Londres. Ma nomination au poste de commandant récompense mon parcours d’officier depuis mon arrivée à La Méridionale le 19 mai 1999, le jour de mes 25 ans ! Comme tout un chacun, à mesure que je grimpais les échelons de la chaîne de commandement, j’ai dû prouver mes compétences »

 

Hélène Darroze. Interview au Monde magazine n°69, 8 janvier 2011, p. 12-14

Je ne serais pas arrivée là si... (recueilli par Annick Cojean)

Cette chef cuisinière renommée raconte son parcours. Après avoir repris en 1995 l’auberge familiale de Mont-de-Marsan, elle ouvre en 1999 à Paris le restaurant Hélène Darroze, qui connaîtra rapidement un grand succès. Bien sûr, le journaliste s’en étonne, car il s’agit d’un « milieu d’hommes ». Ce à quoi elle répond :

Oui, mais du fait des femmes, pas de la société. Il faut être capable de se dire : ce n’est pas moi qui donnerai le bain, coucherai les enfants, raconterai la petite histoire. Ce sera quelqu’un d’autre. Moi, je donnerai autre chose… J’ai personnellement eu l’impression qu’être une femme, dans ce milieu, était une réelle opportunité. Un jeune homme débarquant à Paris n’aurait suscité aucune attention. Alors que pour moi, l’intérêt a tout de suite été phénoménal. La presse s’est littéralement jetée sur moi. Il fallait que je sois à la hauteur, bien sûr, et j’ai travaillé en me remettant sans cesse en question. Mais aucune étoile n’a été autant médiatisée que ma seconde, en 2003.

 

Virginie Guyot, première femme leader de la Patrouille de France

Virginie Guyot, un leader au féminin. La Dépêche, 29 mai 2010

ladepeche.fr/article/2010/05/29/844534-virginie-guyot-un-leader-au-feminin.html

- Est-ce plus difficile d’accèder à cette unité d’élite lorsqu’on est une femme ?

- Non, pas du tout. Je suis en effet la première femme, mais j’essaie de lutter contre ces idées reçues. L’armée a beaucoup évolué. Elle est aujourd’hui très moderne. Femmes et hommes sont traités sur un pied d’égalité.

 

Aux-Etats-Unis, les femmes PDG gagnent plus que les hommes

Article de Lexpress.fr, 19 mai 2010 (extrait)

Outre-Atlantique, les femmes à la tête de grandes entreprises sont mieux payées que les hommes. C’est le résultat d’une étude réalisée par l’agence d’information américaine Bloomberg News. Les seize femmes qui dirige une entreprise cotée au S&P 500 -c’est-à-dire les 500 plus grandes sociétés cotées sur la Bourse américaine- ont gagné en moyenne 14,2 millions de dollars en 2009. Soit 43% de plus que leurs homologues masculins.

En tête du classement, Carol Bartz, 61 ans, arrivée à la tête de Yahoo ! en janvier 2009. Elle a touché l’année dernière 47,2 millions de dollars. Autre figure de cette réussite, Irene Rosenfeld, à la tête de Kraft Food. Son OPA réussie sur Cadbury a été récompensée par un salaire de 23,6 millions de dollars, soit une augmentation de 41% en un an. Le salaire de ces femmes à la tête de ces grandes entreprises a augmenté de 19% par rapport à 2008 alors que dans le même temps les hommes ont subi une baisse de 5% de leurs revenus.

lexpress.fr/emploi-carriere/aux-etats-unis-les-femmes-pdg-gagnent-plus-que-les-hommes_893288.html

 

 Karine LemarchandLyon Plus, 30 novembre 2009 (p. 24)

- M6 est "la chaîne qui aime les femmes" ?

- Il suffit de regarder le nombre de femmes à des cases stratégiques, pour des émissions intelligentes : Mélissa Theuriau dans "Zone interdite", Estelle Denis pour "100% mag", le nouveau JT avec Claire Barsacq... Ce ne sont pas des potiches en minijupes venues animer des jeux ! M6 et les femmes, c’est de l’anti-Berlusconi.

 

 Christine Allain. Le Figaro, 24 août 2009

Résumé de l’article : A bord avec Christine Allain, commandant d’un aviso

Christine Allain est l’une des deux femmes commandant un bâtiment de la Marine, à l’âge précoce de 34 ans. Voilà une femme qui fait une carrière exceptionnelle, dans un sexteur traditionnellement masculin. Il est vrai qu’elle n’aime pas se présenter en victime. Quand elle est arrivée à navale, en 1994, dit-elle, "J’ai eu l’impression d’une mise à l’écart. Ce n’était vraiment pas facile", ce qu’elle nuance aussitôt : "Mais ça forge le caractère." Cette époque est d’ailleurs révolue : "Maintenant, les femmes dans la Marine, c’est devenu banal". Sa force : "elle veut suivre un chemin qu’elle s’est tracée seule" et d’ailleurs elle ne croit pas aux stéréotypes : "je n’ai pas essayé d’être un homme. D’ailleurs quand on me dit que ce n’est pas un métier de femme, je réponds que ce n’est pas forcément un métier d’homme en général. Il y en a beaucoup qui ne pourraient pas le faire. Inversement, il en est beaucoup d’autres qui sont faits pour la Marine, y compris des hommes, mais ils ne le savent pas."

En 2008, elle devient commandant du Commandant Bouan, avec le grade de capitaine de corvette. Non seulement sa carrière n’a pas été ralentie, mais elle se révèle si rapide qu’elle craint un moment d’avoir fait l’objet d’une... discrimination positive  ! "Sa promotion rapide a-t-elle quelque chose à voir avec le fait qu’elle est une femme, la Marine aurait-elle des arrière-pensées en termes de communication ? Elle s’en ouvre à un responsable :. La réponse vient rapidement : "Vous croyez qu’on a les moyens de confier un bateau à quelqu’un qui ne ne les mérite pas ?" 

lefigaro.fr/actualite-france/2009/08/24/01016-20090824ARTFIG00397-a-bord-avec-christine-allain-commandant-d-un-aviso-.php

 

Béatrice Kosowski, interviewée par Laetitia Pongi

« Les femmes, le sens de l’avenir » Commerce international n° 54, juillet 2009
 
Béatrice Kosowski : « Mon entreprise m’a complètement accompagnée »
 
Chez IBM, le principe de mixité n’est pas nouveau. Dès 1953, une charte défend le principe de l’égalité des chances. Béatrice Kosowski, 43 ans et mère de deux jeunes filles, a commencé sa carrière dans la société il y a 15 ans. À présent directrice d’IBM Global Financing, elle explique comment elle est parvenue à trouver l’équilibre entre travail et famille grâce à l’entreprise. 
 
- En tant que femme, avez-vous rencontré de nombreuses difficultés au cours de votre carrière ?
 
- Béatrice Kosowski :« J’ai eu des difficultés, bien sûr, mais aussi beaucoup de soutien. Il y a dix ans, les comportements étaient différents. Pour les employeurs, il était difficile de concevoir que les femmes puissent mener de front vie privée et vie professionnelle. Ainsi, un de mes chefs m’a refusé une promotion, pensant que cela me poserait des ennuis sur le plan familial. Heureusement, certaines entreprises ont vite compris qu’il s’agissait d’un faux débat. En 1996, mon mari a été muté à Toulouse. J’étais enceinte et j’ai décidé de déménager. IBM m’a complètement accompagnée et j’ai continué mon travail au sein de l’entreprise à Toulouse. De même, quand j’ai postulé pour devenir l’executive assistant du General Manager d’IBM Europe à Paris, je lui ai expliqué que je devais être deux jours par semaine à Toulouse. Il a répondu : “Il n’y a aucun problème”. »

 - Depuis lors, vous partagez votre vie entre Paris et Toulouse. Comment arrivez-vous à trouver un équilibre ?

- B. K. :« Je continue ma vie de nomade : je travaille une partie de la semaine au bureau de Paris et l’autre chez moi. Cela demande une adaptation personnelle. Surtout, il est important de montrer à mes équipes et à ma famille que je suis avec eux, même si des kilomètres nous séparent. Grâce à Internet et au téléphone, travailler à distance ne présente plus aucune difficulté. Il est aussi important d’être claire avec ses motivations et avec ses envies. »
.
- Quelles types d’actions ou de programmes sont menés à bien pour la favoriser ?
 
- B. K. : «  La société s’implique largement à travers trois leviers. Pour commencer la sensibilisation, de nombreuses formations sont mises en place pour aider les employés des deux sexes à appréhender la diversité, toujours sur la base du volontariat. Ensuite, IBM insiste sur le mentoring. Les jeunes recrutés sont ainsi suivis par un cadre qui s’assure que les débuts se passent bien. Enfin, le réseau Elles, créé en 1999, permet de s’assurer que les salariées ne sont pas lésées en termes d’évolution de carrière. Un dernier programme baptisé Women in Technologie nous permet d’intervenir dans les collèges et lycées pour montrer que les carrières dans le monde de la technologie sont tout à fait envisageables pour une femme. »
 

 

 Virginie Calmes. Le Figaro.fr/madame, 1er mai 2009

Virginie Calmes est une jeune chef d’entreprise. Elle est interviewée avec Louis Schweitzer, le président de la Halde... qui se montre aussi extrémiste qu’elle est pondérée ! 

Sur la "discriminations des salaires" : Moi je n’ai pas eu à me battre sur ce point. Et en tant que chef d’entreprise, il me semble tout à fait naturel de donner le même salaire pour le même poste.

Sur la place des femmes dans la hiérarchie : S’il n’y a pas de femmes dans les entreprises du CAC 40, c’est parce que je crois qu’à un moment elles « s’autodiscriminent », disons qu’elles ne s’autorisent pas… Parce quelles n’ont pas envie d’être en première ligne. Moi, sur ce point, je suis un « garçon manqué » parce que je suis combative, et qu’être en première ligne ne m’angoisse pas.

madame.lefigaro.fr/societe/en-kiosque/2033-la-longue-marche-vers-la-parite/

 

Ces femmes qui dirigent des supermarchés. LSA, 5 mars 2009

Article de Sylvie Leboulenger, dans LSA (Libre Service Actualités), "magazine de la grande consommation", pp. 12-15. Citations :

Une profession d’homme ? "Ca convient très bien à une femme", balaie Marjorie Réveillé, qui, très tôt, n’a pas craint les défis [patronne du Cora de Montbéliard].

Les femmes savent qu’elles se font respecter aussi bien qu’un homme. A une condition : qu’elles mettent la main à la pâte.

En plus d’être dotée d’une bonne dose d’instinct, existe-t-il une voie royale pour devenir directrice d’hyper ? Non, pas plus pour les hommes que pour les femmes. (...) C’est donc la fidélité à l’enseigne qui paie.

Certes elles sont peu nombreuses à postuler pour ce genre de postes, mais Marc Veyron, directeur des ressources humaines de Champion, n’a pas de mal à l’expliquer : "Nous avons peu de demandes."

 

Sondage Halde / CSA, mars 2009

Les réponses aux principales questions :

Avez-vous le sentiment d’avoir été victime de discrimination sur votre lieu de travail parce que vous êtes une femme dans chacune des situations suivantes : obtenir une augmentation / obtenir un poste à responsabilité / dans le travail au quotidien / accéder à une formation / au moment d’un licenciement / au moment de votre embauche ?

Pour chaque situation, réponse "oui" : de 7 à 20% ; réponse "non" : de 63 à 84%. Ont ressenti au moins une de ces situations : 34 %

Avez-vous le sentiment d’avoir été victime de discrimination sur votre lieu de travail en raison de votre grossesse dans chacune des situations suivantes ? (mêmes situations)

Pour chaque situation, réponse "oui" : de 6 à 16% ; réponse "non" : de 60 à 78%. Ont ressenti au moins une de ces situations : 28 %

Au maximum, donc, 34% des femmes se "ressentent" comme victimes (c’est un ressenti, cela ne signifie pas qu’elles le soient réellement)). Ou encore 66% ne se "ressentent" pas comme telles, c’est-à-dire que 66% ne croient pas à l’existence, ou n’ont pas conscience d’un système qui est censé discriminer toutes les femmes à longueur d’année depuis des décennies !

halde.fr/IMG/pdf/Sondage_Femmes_et_discriminations_au_travail_HALDE_CSA.pdf

 

Mireille Alex-Perrin. Le Progrès, supplément Sud-Ouest de Lyon, p. 14, 26 février 2009

Article intitulé Armurier et commissaire, les métiers d’une femme. Fille d’armurier, armurière, et présentement commissaire du salon de la chasse de Saint-Etienne, à l’incontournable question "S’imposer comme femme dans ce milieu, est-ce dur ?" Mireille répond :

Je n’ai jamais vécu les choses comme femme perdue dans un monde essentiellement masculin. Ils m’ont plutôt bien entouré. J’avoue que j’étais un peu comme les hommes avec eux, je vais droit au but, je leur dis ce que je pense. Je bénéficie aussi du respect qu’avait mon père dans le métier. C’est la même chose en ce qui concerne le milieu de la chasse.

 

 Nathalie Pottier. Ciel et espace, septembre 2008, p. 64 

Ingénieur à l’agence spatiale européenne, elle a déposé sa candidature à l’ E.S.A., pour devenir astronaute. Son parcours : « pratique des vaisseaux spatiaux en Russie, des instruments de la station [ spatiale ] aux Etats-Unis, des lanceurs en Europe... Russe et anglais courants... »
 
Difficile pour une femme ? : « je ne suis pas seule, il y a plusieur femmes pilotes de chasse aujourd’hui. Et puis on prend la personne la plus compétente, homme ou femme, c’est tout. Je n’aime pas l’idée de parité, mais pourquoi pas une forme d’alternance. Car il n’y aura sans doute guère plus de 15 à 20 % de femmes candidates ».
 
L’auteur de l’article nous dit : « dans un colloque dont le thème était Femmes et Science , elle s’est fait traiter de sexiste pour avoir simplement dit : Travailler avec des hommes, c’est plutôt cool . »
 

 

Les mannequins féminins

"Ils sont beaux, mais ils gagnent moins qu’elles" : article de Lauren Streib, dans Le Figaro, 9 mai 2008. Sur la condition des mannequins masculins :

"Contrairement à leurs homologues féminins, ils n’animent pas d’émissions de télévision et ne représentent pas des sociétés de lingerie d’une valeur de plusieurs milliards d’euros. Et ils n’encaissent pas non plus des millions d’euros." ,

"Les mannequins féminins exigent deux à trois fois le prix des mannequins masculins pour le même travail"

lefigaro.fr/votrepatrimoine/2008/05/09/05010-20080509ARTFIG00309-les-mannequins-masculins-qui-ont-le-plus-de-succes-dans-le-monde.php

 

Clémentine Marcovici

Au-delà du "plafond de verre", Le Monde, 17 août 2006

Cette brillante jeune femme est la première à sortir majeure de l’X. Pour elle, la réussite n’est pas plus aisée pour les garçons que pour les filles. "Quand on est décidé, il n’y a pas d’obstacle", déclare-t-elle, ou encore : "Le milieu familial fait la différence". Autre citation : "Pour elle, le "plafond de verre", cette barrière invisible qui bride la carrière des femmes, est donc une abstraction. Bien plus gênant est celui dont pâtissent les techniciens par rapport aux cadres, estime-t-elle, très sensible à cette autre forme de discrimination".

lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-3228,36-803845@51-803903,0.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Imprimer

Menu

Menu :