DOSSIER : "Etude nationale sur les morts violentes au sein du couple" (2003-04, 06, 07, 08, 09, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16)


 

DOSSIER : ETUDE NATIONALE SUR LES MORTS VIOLENTES AU SEIN DU COUPLE

 

Nous suivons l’étude depuis sa première publication (2003-4).  Les victimes des deux sexes y sont prises en compte, et seulement à partir de faits vérifiables et vérifiés.

Principaux enseignements et précautions d’emploi :

- les misandres s’y réfèrent systématiquement parce qu’elle enregistre une proportion nettement plus forte de victimes femmes (autour de 85%) que de victimes hommes (autour de 15%). Pour nous, à l’inverse, elle est une démonstration supplémentaire que la violence n’a pas de sexe.

- les misandres présentent l’étude comme une mesure de l’ensemble des violences conjugales, afin de définir celles-ci comme fondamentalement masculines. Cela est faux : l’enquête ne mesure que l’homicide conjugal, qui n’est qu’une infime partie des violences conjugales.

- de plus, une partie importante des homicides conjugaux recensés ne relève en rien de la violence conjugale : il s’agit d’homicides de type "euthanasie" (par exemple, en 2015, 18 accomplis par des hommes, 6 par des femmes).

- les misandres essaient de faire croire que l’homicide féminin serait exclusivement une réaction de défense face à une violence masculine antérieure. Ce cas de figure existe, mais est minoritaire : en 2015, 8 femmes auteures (sur 20) victimes antérieurement. Et il existe symétriquement concernant l’homicide masculin : 10 hommes auteurs (sur 116) victimes antérieurement.

- le suicide est, on le sait, une forme de réaction aux épreuves plus répandue chez les hommes : il est raisonnable de penser que beaucoup d’hommes victimes sont "tués" de cette façon, mais n’apparaissent pas dans le décompte. Ce qui explique en partie l’écart entre les nombres respectifs de victimes hommes ou femmes.

- les misandres et les médias s’indignent chaque année de ce que le nombre de victimes femmes serait en augmentation. C’est faux : voici les nombres depuis la première publication : 163 (sur 2 ans), 137, 166, 157, 140, 146, 122, 148, 121, 118, 115

 

 

Recensement national des morts violentes survenues au sein du couple en 2003 et 2004. Ministère délégué à la Cohésion sociale et à la Parité, novembre 2005 

sosfemmes.com/infos/pdf/dossier-presse_violences-conjugales_20051123%5B1%5D.pdf

Le Recensement a été réalisé par ENSAE Junior Etudes à la demande du Ministère de la Cohésion sociale et de la Parité. Les données ont été collectées par les services de la Police Nationale et de la Gendarmerie Nationale. L’objectif est de réaliser la mesure 8 du Plan global de lutte contre les violences établi au Conseil des ministres du 24/11/2004, à savoir "Mesurer le phénomène de la violence (conjugale], évaluer son coût économique".

Sont morts des suites de la violence conjugale, du fait de leurs conjoints, concubins, pacsés, "ex", au cours des deux années :

 

211 personnes :

163 femmes tuées par des hommes, soit 78% du total

46 hommes par des femmes, soit 22%

- une femme par une femme

- un homme par un homme

 

Etude nationale des décès au sein du couple pour l’année 2006

http://www.travail-solidarite.gouv.fr/IMG/pdf/bilan2006_deces.pdf

Quoique publiée par le Ministère de l’Intérieur, c’est la même enquête, faisant suite à la précédente, portant sur une seule année :

168 décès

- dont 137 femmes, soit 1 tous les 3 jours (dont 2 tuées par une femme)

- dont 31 hommes, soit 1 tous les 13 jours (dont 2 tués par un homme)

A noter que sur les 46 conjoints meurtriers qui se sont ensuite suicidés, 45 sont des hommes.

Même type de résultats, même leçons à tirer.

A noter que le mode de comptage par jours n’apporte rien, sauf un effet de dramatisation. En général, médias et idéologues mentionnent le nombre de victimes femmes par jour, mais "oublient" de mentionner celui des victimes hommes

 

Etude nationale sur les morts au sein du couple, année 2007

travail-solidarite.gouv.fr/IMG/pdf/ETUDE_NATIONALE_DES_DECES_AU_SEIN_DU_COUPLE_-ANNEE_2007.pdf 

192 décès (+ 14% par rapport à 2006)

- dont 166 femmes (une tous les 2,5 jours)

- dont 26 hommes (un tous les 14 jours)

Sur les 26 femmes auteures, 10 auraient été victimes de violences antérieures. Et pour les hommes auteurs, ce n’est pas la même chose ? 

Dans 69 cas, la séparation serait la cause principale. Sur les auteurs hommes, 66 se sont suicidés, 12 ont tenté de le faire.

 

Etude nationale sur les morts au sein du couple, année 2008

publiée par le Ministère de l’Intérieur, même principe.

sgdatabase.unwomen.org/uploads/Etude%20nationale%20sur%20les%20morts%20violentes%20au%20sein%20couple%202008.pdf

184 décès

- dont 157 femmes (84,4%), dont 1 tuée par une femme

- dont 27 hommes (15,6%)

Apparition d’une nouvelle formule : "En France, tous les deux jours, un homicide est commis au sein du couple". Nos statisticiens vont-ils cesser de comparer les couples ? Pas du tout, on retrouve les mêmes procédés :

- sexuer le décompte, et le rapporter à une durée (dramatisation) : une femme victime tous les 2,5 jours, un homme un tous les 14 jours ;

- expliquer (excuser ?) l’homicide féminin par l’existence d’une violence masculine antérieure (11 fois sur 27).

Nous sommes toujours étonnés de ne pas trouver d’effort pour appliquer la même explication à l’homicide masculin. Eh bien, cette fois, il y en a un petit : "pour la première fois un cas a été recensé où la femmes victime était auteure de violences envers son compagnon" (p. 7). C’est un début !

A noter une légère diminution par rapport à 2007 (-8). Sans signification puisqu’il y a ce genre de variation chaque année, dans un sens ou dans un autre. L’année dernière, à cause du différentiel de + 14%, les misandres avaient hurlé à l’accroissement sauvage de la violence masculine ! Cette année, on ne les entend pas.

Dans 54 cas, la séparation serait à l’origine de l’homicide masculin. Dans 6 cas (4 homicides masculins, 2 féminins) ce serait la garde des enfants.

 

Etude nationale sur les morts violentes au sein du couple, année 2009

publiée par le Ministère de l’Intérieur :

http://ecvf.online.fr/IMG/pdf/etude2009.pdf

165 décès

- dont 140 femmes (84,8%), dont 1 tuée par une femme

- dont 25 hommes (15,2%), dont 1 tuée par un homme

Suicides : 54 homme auteurs

On retrouve le même procédé d’atténuation de la gravité de l’homicide féminin par l’existence d’une violence masculine antérieure : "parmi les 25 femmes auteurs d’homicides sur des hommes , 12 d’entre elles étaient victimes de violences régulières de la part de leur partenaire" (p. 2). Il faut attendre la page 6 pour apprendre que c’était le cas aussi pour un homme auteur, et qu’un couple pratiquait la violence réciproque.

"L’antériorité des violences entre les conjoints, avant le passage à l’acte criminel, n’est pas toujours déterminée dans les procédures. L’information n’est pas toujours disponible et n’apparaît pas toujours au cours des investigations. C’est particulièrement le cas lorsque l’auteur se suicide ou lorsqu’il n’y a pas eu de signalements (plainte ou mention sur main courante) au préalable." 

Autrement dit, on ne peut pas affirmer que certaines femmes victimes n’exercaient pas, elles aussi, des"violences régulières" sur leur conjoint, puisque, ceux-ci, à l’image des hommes victimes, ne les ont pas signalées antérieurement.

Davantage d’éléments sur les causes :

-.pour les femmes : dispute (10)

- pour les hommes : la séparation (52), la dispute (28), la maladie (20)

Suicidés : 32,7 % des auteurs, soit 54 ; ont essayé : 8 %, soit 13 : tous des hommes.

 

Etude nationale sur les morts violentes au sein du couple, année 2010

publiée par le Ministère de l’Intérieur :

interieur.gouv.fr/sections/a_votre_service/aide_aux_victimes/violence-couple/downloadFile/attachedFile/morts_violentes_au_sein_couples.pdf

174 décès

- dont 146 femmes (83,91 %)

- dont 28 hommes (16,09 %)

soit 8 faits de plus qu"en 2009.

Causes principales : séparation (57), dispute (42). Pour les femmes : dispute (14), jalousie (5). Pour les hommes, séparation (56), dispute (29).

Une donnée nouvelle (qui n’avait été prise en compte que dans l’enquête 2003-04) : pour la première sont prises en compte les causes liées à la maldie de la victime, qui concernent des cas assimilables à l’euthanasie. Il s’agit non pas de détruire le conjoint, mais de le soulager de ces souffrances. Ces cas correspondent à 13 actes, tous commis par des hommes (c’était déjà le cas en 2003-04). 10 d’entre eux se sont suicidés, 3 ont tenté de le faire.

Autre nouveauté : la violence réciproque antérieure est établie pour 7 couples.

55 auteurs se sont suicidés (53 hommes, 2 femmes). 18 l’ont tenté (15 hommes, 3 femmes).

 

Etude nationale sur les morts violentes au sein du couple, année 2011

publiée par le Ministère de l’Intérieur :

mediapart.fr/files/Etude_nationale_sur_les_morts_violentes_au_sein_du_couple_annee_2011_2.pdf

146 décès

- dont 122 femmes (83,56 %), dont 1 par une femme

- dont 24 hommes (16,44 %)

soit 28 faits de moins qu"en 2009, nombre le plus faible depuis la première publication de l’enquête..

Causes principales : séparation (53), dispute (25). Pour les femmes : dispute (11). Pour les hommes, séparation (52), dispute (14).

11 auteurs hommes (et 12 femmes) étaient victimes de violences antérieures)

La violence réciproque antérieure est établie pour 11 couples.

Actes de type "euthanasie", liés à la maladie de la victime : 20 (dont 18 auteurs hommes). 13 auteurs suicidés, 5 ont tenté de le faire.)

61 auteurs (soit 41,78%, dont 57 hommes) se sont suicidés. 21 ( soit 14,38 %, tous hommes) ont tenté de le faire.

 

Etude nationale sur les morts violentes au sein du couple, année 2012

prevention-delinquance.interieur.gouv.fr/fileadmin/user_upload/03-Champs_d_action/Aide_aux_victimes/DAV_MortsViolentesCouple_2012.pdf

174 décès

- dont 148 femmes (85,06 %) dont 1 par 1 femme = 1 tous les 2,5 jours

- dont 26 hommes (14,94 %) = 1 tous les 14 jours

soit 28 faits de plus quen 2011

+ 9 décès d’enfants

Causes principales : séparation (53), dispute (49). Pour les femmes : dispute (12). Pour les hommes, séparation (52), dispute (37).

14 auteurs hommes et 17 auteures femmes étaient victimes d’au moins une forme de violence antérieure..

La violence réciproque antérieure est établie pour 14 couples.

Actes de type "euthanasie", liés à la maladie de la victime : 22 (dont 15 auteurs hommes). 15 auteurs suicidés, 4 ont tenté de le faire.)

 

 Etude nationale sur les morts violentes au sein du couple, année 2013

Rapport ONDRP 2014. Dans Eléments de mesure des violences au sein du couple 2013. Pages 3 à 10, Les homicides volontaires et les coups et violences volontaires ayant entraîné la mort entre conjoints ou ex-conjoints

http://www.inhesj.fr/fr/ondrp/les-publications/rapports-annuels

146 décès

- dont 121 femmes (82,9 %) tuées par des hommes

- dont 24 hommes (16,04 %) tués par des femmes

- dont 1 homme tué par un autre homme (0,7%)

soit 28 homicides de moins qu’en 2012

+ 13 décès collatéraux d’enfants mineurs, 2 d’enfants majeurs, 6 de proches (total : 21)

Suicides des auteur(e)s : 54, dont 50 hommes et 4 femmes

Causes chez les hommes :

1. Refus de la séparation (40)

2. Dispute (36)

Chez les femmes :

1. Dispute (8)

2. Violences subies (5)

Actes de type "euthanasie", liés à la maladie de la victime : 13 (dont 11 auteurs hommes).

Actes commis sous l’emprise de l’alcool : 44 (30,1%) dont 36 hommes et 8 femmes.

Actes commis avec consommation de stupéfiants : 6

Violences antérieures :

- 9 couples pratiquaient des violences réciproques

- 9 des 24 femmes auteures (37,5%) étaient victimes antérieurement

- 13 des 24 femmes auteures étaient auteures antérieurement

 

Etude nationale sur les morts violentes au sein du couple, année 2014

Ministère de l’intérieur

http://www.interieur.gouv.fr/Actualites/Communiques/Morts-violentes-au-sein-du-couple-118-femmes-decedees-en-2014

143 homicides

- dont 118 femmes (82,5 % de l’ensemble) tuées par des hommes

- dont 23 hommes tués par des femmes / dont 2 hommes tué par un autre homme (17,4 % de l’ensemble)

soit 3 homicides de moins qu’en 2013

+ 7 décès collatéraux d’enfants

Suicides des auteur(e)s : 54, dont 50 hommes et 4 femmes

Causes chez les hommes :

1. Refus de la séparation (35)

2. Dispute (32)

Chez les femmes :

1. Dispute (9)

2. Violences subies (4)

Actes de type "euthanasie", liés à la maladie de la victime : 18 (dont 11 auteurs hommes).

Actes commis sous l’emprise de l’alcool : 43 (30,07%) dont 37 hommes et 6 femmes.

Actes commis avec consommation de stupéfiants : 6

Violences antérieures :

- 14 couples pratiquaient des violences réciproques

- 5 des 23 femmes auteures (21,7%) étaient victimes antérieurement

- 17 des 23 femmes auteures étaient auteures antérieurement

 

Etude nationale sur les morts violentes au sein du couple, année 2015

Ministère de l’intérieur

http://www.interieur.gouv.fr/Actualites/L-actu-du-Ministere/Determination-totale-du-Gouvernement-pour-faire-reculer-les-violences-au-sein-du-couple

136 homicides

- dont 115 femmes (84,5 % de l’ensemble) tuées par des hommes (1/3 jours)

- dont 20 hommes tués par des femmes (1/17,5 jours) / dont 1 homme tué par un autre homme (15,4 % de l’ensemble)

soit 7 homicides de moins qu’en 2014

+ 11 décès collatéraux d’enfants

Suicides des auteur(e)s : 45 (33%), dont 43 hommes et 2 femmes

Causes chez les hommes :

1. Refus de la séparation (40)

2. Dispute (30)

Chez les femmes :

1. Dispute (8)

2. Violences subies (3)

 

Actes de type "euthanasie", liés à la maladie de la victime : 24 (dont 18 auteurs hommes).

Actes commis sous l’emprise de l’alcool : 43 (31,6%) dont 33 hommes et 10 femmes.

Actes commis avec consommation de stupéfiants : 7

Violences antérieures (p. 9) :

- dans 56 affaires = 41,18% des cas

- 10 couples pratiquaient des violences réciproques

- 8 des 20 femmes auteures (40%) étaient victimes antérieurement

- 10 des 116 hommes auteurs (8,62%) étaient victimes antérieurement

 

Etude nationale sur les morts violentes au sein du couple, 2016

Ministère de l’intérieur

http://www.egalite-femmes-hommes.gouv.fr/wp-content/uploads/2017/09/Etude-nationale-sur-les-morts-violentes-au-sein-du-couple-annee-2016.pdf

138 homicides

- dont 109 femmes (78,99 % de l’ensemble) tuées par des hommes

- dont 28 hommes tués par des femmes / 1 homme tué par un autre homme = 29 (21,01%de l’ensemble)

soit 2 homicides de plus qu’en 2015

+ 9 décès collatéraux d’enfants

Suicides des auteur(e)s : 45 (33%), dont 43 hommes et 2 femmes

Causes chez les hommes :

1. Refus de la séparation (47)

2. Dispute (15)

3. Jalousie (11)

Chez les femmes :

1. Dispute (18)

2. Violences subies (4)

 

Actes de type "euthanasie", liés à la maladie de la victime (p. 10) : 14 (dont 12 victimes femmes, 2 victimes hommes).

Actes commis sous l’emprise de l’alcool (p. 10) : 31 (22,46 %) dont 20 hommes et 11 femmes. Cas où les 2 membres du couple étaient alcoolisés : 12,32 %

Actes commis avec consommation de stupéfiants chez l’auteur : 7

Actes commis avec consommation de psychotropes, stupéfiants, chez l’auteur : 6, chez le couple : 6

Violences antérieures (p. 9) :

- dans 59 affaires = 41,18% des cas

- 8 couples pratiquaient des violences réciproques

Chez les autres = 51 affaires = 36,96% :

- 17 des 28 femmes auteures (60,71%) étaient victimes antérieurement

- 5 des 109 hommes auteurs (4,59%) étaient victimes antérieurement

 
 
 

 

 



Imprimer

Menu

Menu :